Parlons Rudesse

violence-clipart-police_brutality_Clipart_FreeJ’ai parlé précédemment du décrochage et du cabotinage, restons donc dans la thématique des « termes issus des fautes en Match d’Impro » en évoquant cette fois-ci la rudesse, puisque c’est un sujet qui revient assez souvent dans les ateliers que j’anime.

J’entends en effet assez régulièrement la question « mais faire ça ce n’est pas une rudesse ? ». C’est un terme que je n’utilise jamais mais la plupart des improvisateurs l’auront déjà croisé en jouant ou simplement en se renseignant sur les fautes en Match. Voici une définition « officielle » (ça a l’air vaguement officiel en tout cas…) trouvée sur le site http://match.impro.free.fr,  site à la fois immonde et assez complet :

a)  Lorsqu’un joueur impose avec force tout acte (rudesse physique) ou toute idée (rudesse morale), sans mesure ni avec le personnage, ni avec la situation.
b)  lorsqu’un joueur refuse de coopérer avec les autres sans raison valable et sans faire avancer la situation.
c)  Lorsqu’un accessoire est volontairement installé pour gêner un autre joueur.

Je ne comprend pas spécialement le c), mais le a) et b) semblent assez clairs. La faute de rudesse excessive condamne en particulier les comportements violents (et ça peut arriver…) et le fait de vouloir forcer les autres improvisateurs/personnages à faire quelque chose alors que ce n’est pas induit par la situation (et qu’il refuse donc de coopérer). Autant la rudesse physique est parfaitement compréhensible, autant la « rudesse morale » ne l’est pas forcément. En fait il s’agit généralement pour moi d’un cumul de manque d’écoute, de refus de jeu (qui n’est pas le nom d’une faute, ce serait plutôt « obstruction ») et de retard de jeu : un joueur ne prend pas en compte les propositions déjà faites (plus ou moins sciemment) et empêche par ce fait l’avancée de l’histoire.

Bref, tout ça pour en venir au cas qui m’intéresse ici, et qui soulève parfois des questions : le fait d’imposer à un autre joueur une situation ou un personnage. Et pour moi ce n’est du tout une « rudesse ». C’est pourtant parfois qualifié comme tel, et par exemple pour la Ludi IDF il s’agirait même d’une obstruction (cf http://ludi-idf.com/impro/signes/) : « Un joueur empêche un autre joueur de développer sa propre improvisation, ou lui impose une idée ou un personnage. »

Le problème se pose surtout en début d’improvisation : les comédiens doivent définir la situation, qu’on comprenne qui ils sont, où ils sont, ce qu’ils font, pourquoi ils le font etc. Et j’estime que c’est une fois que tout est défini qu’on peut commencer à jouer et développer une histoire. Du coup si je démarre une impro à deux et que mon partenaire m’impose d’emblée toute la situation, j’en suis ravi ! On pourra alors commencer à jouer, que demander de plus ?

Imposer quelque chose aux autre joueurs n’est pour moi un problème que si ceux-ci ont déjà proposé autre chose, mais il s’agit alors surtout d’un manque d’écoute (ou d’un manque de clarté dans la proposition, mais il n’y a pas de faute officielle pour ça…). Et si vous avez une idée sur qui vous êtes, ou bien où vous êtes, alors c’est à vous de la communiquer le plus rapidement possible. Et si vous prenez trop de temps alors quelqu’un le fera à votre place et vous devrez jeter votre idée, ce qui n’est pas non plus un problème au demeurant.

Après ça n’empêche pas de prendre un minimum de temps pour voir ce que quelqu’un a à proposer, mais par exemple si un personnage rentre dans la scène et qu’au bout de quelque secondes vous n’avez pas compris qui c’était, ce n’est certainement pas une rudesse de l’imposer. C’est à la personne qui rentre d’être suffisamment claire sur son entrée.

La clarté de la situation est vraiment primordiale, toute zone de flou est un aimant à confusion, et toute précision apportée est un élément de jeu potentiel. On ne peut jamais être trop spécifique.

Finalement je conclurai par une citation du site http://match.impro.free.fr :

La peur de la rudesse amène parfois les joueurs à avoir un jeu trop courtois, trop policé, dans lequel finalement il ne se joue rien. Imposer une situation ou un personnage à un joueur qui vient de rentrer, c’est une rudesse. Mais l’imposer au joueur qui depuis trente seconde ne propose rien, c’est une nécessité.

(et je pense qu’on peut mettre « dix » à la place de « trente », ça marche aussi)

 

 

2 réflexions sur “Parlons Rudesse

  1. Etant l’auteur l’auteur du site immonde, je peux rajouter quelque chose à cet article avec lequel je suis d’accord. Le joueur a parfois du mal à distinguer sa position de joueur et son personnage. Le personnage peut être dur, haineux, et brutal si le joueur qui joue ce personnage ne l’est pas. Si on propose à mon personnage de se jeter dans le vide, il dira non, mais le joueur qui anime ce personnage devra lui être force de proposition pour faire avancer l’histoire, et donc dire oui à la suite.
    Les joueurs trop polis ont parfois peur d’être rude en proposant trop vite, en ne laissant pas venir. Sauf que l’impro commence au temps zéro. Et face à un joueur trop poli, c’est être positif que de l’amener à pousser son personnage.
    JiBé
    PS: mon site matchimpro.info a 10 ans déjà, et oui, il aurait besoin d’un lifting.

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire ! Et désolé pour le qualificatif « immonde » mais en même temps je pense que la forme dessert ici clairement le fond et c’est dommage…

      PS : D’ailleurs si tu as besoin d’un petit coup de main pour le lifting (c’était mon métier, fut un temps…) n’hésite pas à me le dire via la page de contact de ce site !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s