Impro à Chicago vol.1 : le choc culturel

io-theaterJe suis à Chicago pendant cinq semaines, pour le stage d’impro Summer Intensive de l’iO Theater. Voici le premier volet de mes aventures, après un peu plus d’une semaine là-bas.

 

(Je n’arrive pas à faire d’accents circonflexes avec mon clavier, je m’en excuse par avance).

Un peu d’histoire de l’impro à Chicago

Aujourd’hui Chicago est la Mecque de l’impro aux Etats-Unis. C’est la ville où tous les improvisateurs (ou presque) revent de vivre. Le théatre et centre de formation Second City a été ouvert à la fin des années 50, et beaucoup de stars du petit et du grand écran sont passés par là. Depuis lors l’improvisation s’est énormément développée. L’iO Theater (anciennement ImprovOlympics) a été créé en 1981 par Del Close et Charna Halpern. Del Close est décédé il y a un moment mais Charna est toujours là (mais elle ne joue plus).

Del Close est devenu rapidement un véritable gourou. Aujourd’hui encore son portrait est peint sur le mur du fond du bar à l’entrée du batiment et ses cendres sont dans une urne posée sur une étagère dans le plus grand théatre (le Del Close Theater, évidemment). Il prenait beaucoup de drogues et c’était un warlock (une sorte de sorcier…). Voilà.

Mais il a vraiment donné naissance à l’improvisation Long Form, et aujourd’hui encore son format phare, le Harold, est le format de spectacle le plus joué aux Etats-Unis.

 

Quelques chiffres

L’iO Theater a 4 théatres (de 100 à 150 places environ), et chaque soir deux à trois spectacles par théatre sont joués, tous improvisés (enfin sauf un). Je ne sais pas ce qu’il en est à Second City, mais ça doit etre au moins aussi grand. Et vous avez aussi Annoyance et ComedySportz qui sont des acteurs majeurs à Chicago. Et ensuite il a plein d’autres petits ou grands théatres où l’on peut voir de l’impro, pour entre 0 et 15$. En moyenne je dirais 10$, pour des spectacles de « vétérans » comme ils les appellent.

Donc chaque soir il y a des dizaines de spectacles.

Le nombre d’improvisateurs dans la ville est estimé à 10 000.

C’est beaucoup.

 

Un peu de ségrégation…

Visiblement, l’impro est un truc de blancs. C’est assez étrange parce que je loge dans un quartier de banlieu, réputé très dangereux , où je suis le seul blanc. Je n’ai pas croisé un seul blanc dans le quartier, meme en voiture. Et quand j’arrive à l’iO Theater il n’y a presque que des blancs (je dirais 95% environ).

C’est assez étonnant, mais apparemment Chicago a comme réputation d’avoir une séparation ethnique très nette entre les banlieues du sud et le centre/nord de la ville.

Et d’après les autres participants américains au stage c’est la meme chose dans leurs villes.

 

Beaucoup de chaleur et de gentillesse

Quand je pars de chez moi pour prendre le train le matin, les gens que je croise dans le rue me souhaitent une bonne journée. Quand je rentre le soir, pareil. L’autre jour je croise quelqu’un dans la rue qui m’arrete, me demande mon prénom parce qu’il ne souvient plus. Son visage me dit quelque chose, je suppose que c’est quelqu’un du stage (on est 150…). Il me salue et me dit qu’il m’avait servi à manger à Whole Foods deux jours avant, avant de me souhaiter une bonne fin de soirée.

Je ne peux meme pas imaginer que cela se produise à Lyon, ou Paris. La salutation de base (pour un chauffeur de bus, un caissier ou n’importe qui d’autre) est « Hey, how are you doing? ».

Mine de rien ça fait super plaisir. En une semaine seulement je me suis retrouvé à discuter avec plus d’inconnus dans la rue qu’en dix ans à Lyon. Les gens semblent juste plus ouverts.

 

Et l’impro dans tout ça ?

J’ai fait 4 jours de stage et j’ai du voir environ 15 spectacles. Je vais garder l’aspect pédagogique pour un futur article, mais déjà j’aime beaucoup la philosophie de base de l’iO, qui est que chacun doit faire en sorte de valoriser ses partenaires de jeu, que tout le monde doit prendre soin les uns des autres. Et concernant les spectacles, j’ai notamment pu voir le duo DJ & Dave qui sont réputés comme étant le top de l’impro (et ils sont effectivement excellents) et l’Improvised Shakespeare Company, qui m’ont époustouflé comme jamais je ne l’ai été. D’ailleurs ces deux spectacles sont les deux seuls où avant de démarrer ils insistent auprès du public sur le fait que rien n’est préparé à l’avance.

J’en parlerai un peu plus après les avoir revus une ou deux fois.

Sur ce, je vais aller manger le reste de mon buffet vegan « all you can eat » de ce midi. Parce qu’ici tous les restaurants mettent des doggy bags à disposition pour repartir avec ce qu’on n’a pas pu manger.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s