Ode à la médiocrité

mediocreCherchez « médiocrité » dans Google et vous trouverez des tas de citations comme celle de Francis Blanche. En résumé, la médiocrité n’est pas bien vue. On veut des génies, des chefs d’oeuvre, du sublime, de la perfection. Il n’y a guère que Keith Johnstone qui soit connu pour dire « be average » : « soyez médiocres ».

Mais c’est une citation qui (comme toutes les citations) est très réductrice. En tant qu’artiste (et j’inclus là-dedans toute personne se produisant sur scène ou créant du contenu audio, vidéo, écrit etc.) l’objectif, le but à atteindre ne peut pas vraiment être de faire quelque chose de moyen. On espère tous que ce qu’on fera sera génial. Le problème est que si l’on ne se contente pas de moins que la perfection on ne produira (presque) jamais rien. Toutes les idées seront jugées avant d’être exprimées.

Donc pour moi l’important est d’accepter d’être médiocre. D’espérer le génie et la perfection sans avoir peur d’être juste moyen. Ce qui n’est pas tout à fait la même chose que de chercher activement à être médiocre. Sinon en impro on ne s’entraînerait pas, on ne se formerait pas, on ne tenterait rien de nouveau pour pousser ses limites.

Pour la suite je vais parler d’impro mais surtout de musique (mais à priori ce que je dis devrait s’appliquer à tout…). Depuis quelque temps (un temps qui se compte en années) je joue de plus en plus de musique et je chante de plus en plus. Et je suis parfaitement médiocre. Je joue du ukulélé : je connais la plupart des accords utiles et je sais à peu près ceux qui vont bien ensemble donc je peux en enchaîner quatre pour faire un accompagnement potable. Par contre je suis incapable de jouer des mélodies ou de jouer avec d’autres musiciens (sauf si eux se calent sur moi). Ce qui ne m’empêche pas d’en jouer de plus en plus spectacle, en particulier pour accompagner des chansons improvisées si aucun « vrai » musicien n’est disponible. Parce que ça fait l’affaire. C’est très largement mieux que rien.

Pour le chant c’est un peu pareil. Je chante dans beaucoup de spectacles, et je fais régulièrement des comédies musicales improvisées, mais après un spectacle je peux vous dire que personne ne m’a jamais dit que je chantais bien (on me parle par contre assez souvent de la voix des autres comédiens). Et je sais que je ne chante pas spécialement bien. Mais ça fait l’affaire. Pas de quoi dire « wahou ! » mais ça passe.

Pourtant je suis entouré de musiciens et chanteurs extrêmement talentueux, et en particulier avant de commencer à jouer du ukulélé sur scène j’ai du franchir une grosse barrière psychologique. Et pour le coup ça aide d’être entouré de gens qui sont aussi extrêmement « supportive » (j’ai pas trouvé de mot français pour ça… Solidaire ? Encourageant ? Soutenant ?).

Et ce qui m’a sans doute aussi beaucoup aidé : Lorie. Oui, la chanteuse.

J’ai certes des goûts musicaux assez éclectiques, mais je ne qualifierais pas ce que fait Lorie de « bonne musique ». Pourtant à un moment j’ai pas mal écouté son best of. Il n’y a rien de génial : c’est parfaitement médiocre. Mais les musiques sont entraînantes (comment ne pas danser quand passer « Sur un air latino » ?), les paroles sont simples et peu intéressantes, mais qui ne se rappelle pas des paroles de « Ma meilleure amie ? ».

Et quand je vois que la plupart des tubes internationaux se contentent musicalement de variations autour des quatre mêmes accords, que les paroles sont souvent super simples (voyez Cheap Thrills de Sia par exemple), que ça ne rime pas non forcément (voyez le refrain de Creep de Radiohead), je me dis qu’il faut pas non plus trop se mettre la pression pour les chansons qu’on improvise.

J’ai une amie musicienne que je pousse depuis quelques mois à user de son instrument sur scène en impro, et qui se met la pression pour les mêmes raisons que moi (sauf qu’elle c’est plutôt lié à ses capacités d’improvisatrice que de musicienne). S’entourer de gens qu’on admire, écouter et regarder des chefs d’oeuvres, c’est bien mais ça place aussi la barre très haut. Ecouter Lorie, s’entourer un peu de médiocrité, voilà un remède simple pour placer la barre assez bas pour tenter de la franchir, et sans doute s’apercevoir qu’on aurait pu la placer beaucoup plus haut, et que ça passait quand même.

Enfin quand je dis qu’il faut rabaisser la barre, gardons la quand même au-dessus du niveau de la mer. Pas besoin d’écouter Jul par exemple. C’est juste déprimant et insultant.

Et pour finir, voici une chanson des Petites Bourrettes qui m’a longtemps turlupiné, mais aussi j’ai enfin décidé : je ne suis pas d’accord avec eux.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s